> microcosmes

Les limites sont le problème fondamental de notre rapport au monde.

Aucun organisme, aucune structure ne peuvent s’incarner sans elles. Les limites

nous restreignent tout autant qu’elles nous protègent et nous caractérisent.

Je suis défini par ce que je fais mais aussi par ce que je ne peux pas faire.

De Babel à Philaë l’histoire humaine est une recherche du franchissement.

La transgression est tentante mais non viable quand elle ne permet pas le respect

et l’intégrité des structures et entités voisines. Les religions et les lois sont la

conséquence de ce constat.

La plupart des limites sont nécessaires à la vie, les franchir est nécessaire au rêve.

Dernière série en date, « Microcosmes » est une métaphore de cette problématique

apparemment contradictoire, entre préserver les limites et le besoin de les franchir.

Les formes proposées, sphères, cubes, pyramides, contenants divers, sont le territoire

d’une émotion retenue mais agissante. Le jeu des interactions nous guide

dans le labyrinthe de désirs fondamentaux.

Les équilibres obtenus nous apaisent ou nous questionnent. Ainsi une quatrième

dimension peut-elle surgir inopinément.

C’est tout autant un jeu qu’une expérience de laboratoire. La fabrication de mondes

clos oscille entre l’asphyxie, et le vertige d’une foison de possibles.

 

Michel Kirch