> Stuart I. Frolick

L'artiste internationalement reconnu, exposé, publié et collectionné continue de combiner la vision photographique, l'imagination et la technologie dans des corpus uniques d'œuvres originales. Peut-être plus étroitement liés au mouvement surréaliste qu'à la photographie traditionnelle, les tirages en noir et blanc de Kirch sont des portails vers des domaines dynamiques de la mémoire, du rêve, de la fantaisie et de l'hallucination. Son processus créatif
singulier commence par des photographies en noir et blanc qui stimulent l'imagination fertile de Kirch et suggèrent des éléments visuels qui, lorsqu'ils sont combinés et composés, numériquement, donnent lieu à des récits et des environnements animés par des changements d'échelle spectaculaires et des perspectives d'un autre monde.

Chaque image est soigneusement conçue ; chacun de leurs détails pris en compte, jusqu'à ce qu'un récit cohérent émerge dans l'esprit de Kirch. Ensuite, il s'efforce de réduire la narration au
minimum, laissant une large place à une interprétation diversifiée. Une fois l'action principale réalisée, son dessin guide notre regard vers elle, et laisse transpirer l'histoire tout en contraste.

La composition de Kirch dans la série « Exiles » commence par un carré qui encadre un cercle. Dans deux des images, les parties centrales sont encadrées par des portes ouvertes qui nous mènent à sa "Terre Promise". De son utilisation de ces formes de base, Kirch écrit : « Toutes les formes naturelles ont des significations : protection, efficacité, équilibre des forces opposées, etc... Un cercle est une cellule, une planète, ainsi qu'un symbole d’infini. Le défi constant, pour moi, est d'exprimer l'infini dans un espace limité. La porte symbolise le choix ; préserver et
protéger nos limites, ou transcender la matière et se lancer dans une aventure spirituelle.

Dans « Des Fleurs pour l'avenir », Kirch a installé ses deux filles (« mes fleurs et mon avenir ») debout sur des nénuphars flottants ; dans « Entre deux mondes », une femme assise sur une balançoire suspendue à un ciel nuageux, se déplace en trois poses rythmiques sur une vaste étendue d'eau. Dans « La main qui frappe est aussi la main qui sauve », Kirch écrit : « Le symbole est que l'avenir est entre nos mains ; nous pouvons sauver les derniers ours polaires, mais pour ce faire, nous devons agir. J'ai mis de la lumière dans le morceau de glace tenu à la main pour
exprimer cet espoir... » Dans une vision apocalyptique, « Subduction », la puissance de la nature, représentée par une chute d'eau tonitruante, noie un paysage urbain en miniature. Kirch est né à Metz, en France, en 1959, et a grandi dans une famille religieuse qui aimait et pratiquait l’art. Sa mère était une soprano lyrique ; son père, rabbin et poète.
Kirch est devenu un musicien accompli, un médecin et un chercheur et praticien spirituel qui a beaucoup voyagé, avant de se consacrer à plein temps à la famille et à la création d'images.
Son parcours d'expositions et de récompenses est longue, et son travail a été décrit avec éloquence par des écrivains et des critiques soucieux d'embrasser et d'apprécier son exploration des limites extérieures de la photographie.

L'appareil photo et l'ordinateur sont les principaux outils de Kirch. « Nous explorons un domaine autre que la photographie classique », écrit-il. « La réalité matérielle m'a toujours semblé subjective. Avant même de commencer mes expérimentations numériques, j'ai toujours essayé de trouver "quelque chose de plus" que la simple réalité dans le cadre de mon viseur. Je ne cherche pas à reproduire ce qu'un œil objectif peut voir, mais à exprimer mes propres paysages intérieurs. C'est pourquoi ici en France je suis considéré comme un "photographe plasticien". Avec les outils numériques, mon imagination n'a plus de limites ; Je suis devenu un artiste qui utilise la photographie comme matériau de base, comme est la pierre pour un sculpteur, ou l'huile pour un peintre... mais la particularité de la photographie conserve son lien avec le réel, que l'on ressent encore au terme du processus. Les images de Kirch présentent des énigmes philosophiques ; contributions à des conversations allant de l'imagination visuelle, de l'espace et du temps ; abstraction, présence et absence, histoire et art. À propos de ses influences, Kirch écrit : « J'ai passé ma vie à essayer de trouver ma propre singularité. 

 

Stuart I. Frolick

Photographe, écrivain et journaliste